Remonter à : Accueil du site > Projet PCUG3C

Le Projet de Protecction de la Communauté Urbaine de Grand Cotonou face aux Changements Climatiques (PCUG3C)

Contexte et justification du projet

La communauté urbaine de Cotonou est composée des villes de Cotonou, de Sèmè-kpodji et d’Abomey-Calavi, qui concentrent plus de la moitié des infrastructures du pays et plus du quart de la population. Ces 3 villes sont marquées par des inondations avec une terrible amplification dans le temps et dans l’espace.

Observations et constats

Depuis une dizaine d’années, ces inondations sont désormais biphasées ou bimodales avec avril-mai et septembre-octobre comme période d’inflexion.

Qu’est ce qui peut expliquer le passage de l’unimodalité à la bimodalité dans le cycle des inondations ?

Réactions adaptatives

- Réalisation des collecteurs d’évacuation des eaux pluviales par les pouvoirs publics et municipaux
- Cotonou développe les 3CI
- DPPC du Ministère de l’Intérieur développe ses batteries de mesures
- Populations ne restent pas les bras croisés

Analyse des interventions

- L’ensemble des dispositifs de réaction manque de cohérence et surtout de synergie. Face à un ennemi commun chacun fait ce qu’il veut ou peu.
- Pire, l’ensemble de ces dispositifs sont l’émanation des réflexions circonstancielles et du coup inappropriées et non durable.
- Du reste, tout porte à croire qu’on déploie des G watts d’énergie pour peu de résultats en terme de réduction de la vulnérabilité des populations de l’Agglomération de Cotonou et on peut se poser les questions ci-après.

Questions

1- Quels sont les facteurs physiques et socio spatiaux qui influent sur ces inondations et quelles sont les incidences sur les conditions d’existence et le développement des communautés de l’agglomération de Cotonou ?

2- Quel est le niveau de compréhension des divers acteurs des liens entre les inondations et les changements climatiques ?

3- Quelles sont les réponses développées par les communautés et les structures pour faire face à ces inondations ?

4- Quelles connaissances et démarches locales peuvent servir de piliers à l’élaboration des stratégies d’adaptation durables face aux inondations qui risquent de s’intensifier avec les changements climatiques ?

C’est la recherche de réponses à ces questions et pour pallier au manque de synergie d‘actions constaté avec l’ambition de développer une stratégie de réaction prospective et d’adaptation durable aux inondations d’aujourd’hui et de demain (avec les CC) que le projet ‘’ Protection de la communauté urbaine de Grand Cotonou face aux changements climatiques‘’ est initié et en implémentation sous le financement du programme ACCA ‘’FAIRE FACE AUX VULNERABILITES, AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES DES ZONES URBAINES EN AFRIQUE’’.

Objectifs du projet

L’objectif global du projet est de renforcer la résilience et la capacité d’adaptation aux inondations, des populations de la communauté urbaine de Cotonou, en mettant en œuvre un processus participatif de diagnostic, d’analyse et de planification de stratégies durables de prévention et de lutte.

Objectifs spécifiques

1- Comprendre davantage les facteurs qui entretiennent la vulnérabilité des populations face aux inondations, les liens qu’elles établissent entre ces inondations et les changements climatiques, et les réponses endogènes proposées.

2- Analyser les actions mises en œuvre pour prévenir et lutter contre les inondations, les capacités techniques et organisationnelles qui les sous-tendent et évaluer leurs forces et faiblesses.

3- développer des stratégies durables de prévention et de lutte à travers un processus de dialogue et d’apprentissage social, tester leur mise en œuvre et diffuser les leçons apprises pour permettre leur appropriation par les populations et les décideurs politiques publics et municipaux.

Approche et plan de mise en œuvre

Pour atteindre ces objectifs, l’équipe de projet adoptera une approche qui combine recherche empirique et recherche développement ainsi que différents types de savoirs (endogènes, scientifiques et techniques, administratifs). Une démarche multi- acteurs, impliquant la participation des acteurs concernés à toutes les étapes du processus de co-apprentissage et de co-innovation sera mise en œuvre. Cette démarche s’appuiera sur les outils de recherche action participative que sont la facilitation et la documentation des processus qui vont se dérouler tout au long du projet. Les activités du projet démarreront par un atelier de lancement suivi de deux ateliers dont un de formation et l’autre méthodologique.

Résultats/Produits attendus

Résultats 1 :

1- Bonnes identification et cartographie des facteurs de vulnérabilités des populations et des liens établis entre inondations et changements climatiques, bonne connaissance des quartiers les plus vulnérables.

2- Meilleure connaissance des incidences des inondations sur les conditions d’existence des populations (moyens de subsistance, conditions d’hygiène, d’assainissement et de santé, etc.).

3- Disponibilité des cartes conceptuelles des causes et des effets des inondations ainsi que celles des risques potentiels d’inondation en fonction des scénarios climatiques élaborées.

4- Existence de la documentation et de la matrice historique des inondations et évènements climatiques et plusieurs mémoires de maîtrise et de DEA sont soutenus sur les questions spécifiques en rapport avec la philosophie du projet.

Résultats 2 :

1- Bonne identification et évaluation des stratégies endogènes d’adaptation et de lutte contre les inondations dans l’agglomération de Cotonou.

2- Bonne identification et évaluation des mesures institutionnelles de lutte contre les inondations dans l’agglomération de Cotonou.

3- Existence et meilleur fonctionnement des cadres de concertation et de la plateforme de dialogue et d’apprentissage mutuel regroupant les différents acteurs de la zone d’intervention.

Résultats 3 :

1- Mise en place effective et tenue régulière des réunions des plateformes et cadres de concertation.

2- Disponibilité et valorisation des résultats de recherche.

3- Développement des stratégies locales à partir des expériences endogènes, des acquis de la recherche et des apports des praticiens du développement et testées dans 2 secteurs vulnérables.

4- Bonne diffusion des leçons et des acquis issus de la mise en œuvre des stratégies à travers différents canaux à l’intention des populations et des décideurs politiques locaux et nationaux.

DUREE DU PROJET : 3 ans

- PARTICIPATION ET INTERVENTION LORS DES DIFFERENTES PHASES DE MISE EN ŒUVRE DU PROJET

- REALISATION ET INTERVENTION SPECIFIQUES / MISE EN PLACE DES CADRES DE CONCERTATION

- IMPLICATION ET ACCOMPAGNEMENT POUR LA MISE EN ŒUVRE DU PROJET

- MISE EN ŒUVRE DES STRATEGIES D’ADAPTATION CONCLUANTES

- PARTAGE DES LECONS APPRISES ET DEVELOPPEMENT DE PROJETS NOUVEAUX